Les recensements depuis 1836 à Vendémian

Pour 1836, voir l’article consacré à cette année.

1841 : 616 habitants (- 25)

On recense la population présente sur la commune au jour du recensement : 616 habitants répartis en 316 hommes (168 garçons, 128 hommes mariés et 20 veufs) et 300 femmes (152 filles, 117 femmes mariées et 31 veuves). On dénombre 157 ménages.

Ce recensement mentionne la religion des habitants et indique leur état de santé. On y apprend que 25 protestants vivent à Vendémian et que les habitants comptent 1 sourde-muette (Marie Audié). Les professions se répartissent ainsi :

  • accoucheuse Jeanne Gontier
  • 31 agriculteurs,
  • avocat Joseph Mathieu Chauvet
  • bergers,
  • bouchers Jean Nougaret et Jean Daumas
  • charrons Philippe Lacombe et Magloire Lassalvy
  • confiseur Stanislas Daumas
  • cordonniers,
  • couturières,
  • 48 cultivateurs,
  • curé François Gayda
  • débitant de tabac Martin Daumas
  • domestiques,
  • fabricants d’eau de vie Basile Nougaret et Jean Beys
  • instituteur Frédéric Cambon
  • institutrice Mélanie ?),
  • maçon Etienne Messières
  • maréchal Jacques Lacombe
  • maréchal-ferrand Noël Roques
  • médecin Prosper Liron
  • menuisier Noël Cros
  • percepteur Julien Laurès
  • perruquier Jean Liron
  • 54 propriétaires,
  • repasseuse Marie Malafosse
  • séminaristes,
  • tailleurs Jean André Barral marchand-tailleur et Jean Barral
  • tonneliers Pierre Arnaud et Pierre Revel

1851 : 514 habitants (- 102)

Le recensement dénombre 514 habitants répartis en 249 hommes (116 garçons, 114 hommes mariés et 19 veufs) et 265 femmes (120 filles, 112 femmes mariées, 33 veuves). La commune compte 144 maisons et 149 ménages, 513 français et 1 étranger, 491 catholiques et 23 protestants. Les professions se répartissent ainsi :

  • accoucheuse (Jeanne Gontier),
  • 31 agriculteurs,
  • avocat (Joseph Mathieu Chauvet),
  • bergers,
  • bouchers (Jean Nougaret et Jean Daumas),
  • débitant de tabac (Martin Daumas),
  • charrons (Philippe Lacombe et Magloire Lassalvy),
  • confiseur (Stanislas Daumas),
  • cordonniers,
  • couturières,
  • 48 cultivateurs,
  • domestiques,
  • fabricants d’eau de vie (Basile Nougaret et Jean Beys),
  • instituteur (Frédéric Cambon),
  • institutrice (Mélanie ?),
  • maçon (Etienne Messières),
  • maréchal (Jacques Lacombe),
  • maréchal-ferrand (Noël Roques),
  • médecin (Prosper Liron),
  • menuisier (Noël Cros),
  • percepteur (Julien Laurès),
  • perruquier (Jean Liron),
  • 52 propriétaires,
  • repasseuse (Marie Malafosse),
  • séminaristes,
  • tailleurs (Jean André Barral marchand-tailleur et Jean Barral),
  • tonneliers (Pierre Arnaud et Pierre Revel).

Au plan santé, les vendémianais comptent 2 aveugles, 1 borgne, 1 sourd-muet, 1 aliéné à domicile, 1 personne avec une déviation de la colonne vertébrale.

1856 : 534 habitants (+ 20).

Le recensement indique 534 habitants répartis en 250 hommes (117 garçons, 118 hommes mariés et 15 veufs) et 284 femmes (133 filles, 118 femmes mariées et 33 veuves).

On dénombre 150 maisons et 155 ménages. Contrairement aux recensements précédents, celui-ci n’indique ni la nationalité, ni la religion, ni l’état de santé des habitants. Les professions se répartissent ainsi :

  • 50 agriculteurs,
  • 11 bergers,
  • bouchers (Etienne Nougaret et Jean Daumas veuf Geneviève Gasc),
  • 1 bourrelier (Calixte Faucilhon),
  • buraliste (Martin Daumas),
  • cafetier (Camille Bouys),
  • cantonniers (Louis Faucilhon et Antoine Bourrié),
  • charrons (Philippe Lacombe et son fils Philippe Lacombe, Magloire Lassalvy et Pierre Rouquette),
  • cordonniers (Pierre Faucilhon, Jean Cabanes, Antoine Clavier veuf Jeanne Gineste),
  • cultivateurs,
  • curé (Théodore Combes),
  • 13 domestiques,
  • épicier (Mathieu Alary),
  • épicières (Marie Luc veuve Houtels et Constance Favier épouse Gineste),
  • fermier (Corentin Buard),
  • garde-champêtre (Jacques Boudet époux Daumas),
  • instituteur (Joseph Léotard),
  • institutrices (Angélique Laureton en religion Soeur St Urbain et Julie Gaulthérie en religion soeur St Ligari),
  • journaliers (Adolphe Dumas, Sidonie Gasc et Honorine Faucilhon veuve Liron),
  • maçons (Etienne Mézier et Guillaume Brun),
  • marchande d’étoffes (Scholastique Soulier épouse Faucilhon),
  • maréchaux (Frédéric Berthomieu, Jacques Lacombe et Noël Roques),
  • médecin (Prosper Liron),
  • menuisiers (Noël Cros et Hilarion Escuret),
  • perruquiers (Rémy Faucilhon et Alphone Faucilhon son fils),
  • 56 propriétaires,
  • repasseuse (Marie Malafosse),
  • sage-femme (Marianne Pascal veuve Roch),
  • séminaristes,
  • tailleurs (Jean Leroux et son fils Jean Leroux, Jean André Barral et Jean-Jacques Barral),
  • tonneliers (Pierre Revel et Cyprien Beys).

1861 : 534 habitants

Le recensement indique 534 habitants répartis en 250 hommes (106 garçons, 127 hommes mariés et 17 veufs) et 284 femmes (126 filles, 126 femmes mariées et 32 veuves). On dénombre 154 maisons et 158 ménages. Les professions se répartissent ainsi :

  • 10 agriculteurs,
  • aubergiste (Louis Faucilhon),
  • 10 bergers,
  • boucher (Jean Daumas),
  • bourrelier (Calixte Faucilhon),
  • cafetier (Antoine Bringuier),
  • cantonnier (Louis Faucilhon),
  • charrons (Philippe Lacombe et  Magloire Lassalvy) ,
  • commissionnaire (Marc Daumas),
  • cordonniers (Antoine Clavière, Antoine Bro, Benjamin Mérieux et François Bro),
  • 16 cultivateurs,
  • curé (Théodore Combes),
  • 16 domestiques,
  • fermiers (Louis Marcon, Jean Barral, Henri Berthomieu et Adolphe Vialles),
  • garde-champêtre (André Baumes veuf Gineste),
  • instituteur (Fulcrand Gravies),
  • 2 institutrices (Marguerite Lauget en religion Soeur ? et Angélique Lauget en religion Soeur Saint-Urbain),
  • 14 journaliers,
  • maçon (Guillaume Brun),
  • marchande d’étoffes (Scholastique Soulier épouse Faucilhon),
  • maréchaux (Frédéric Berthomieu, Jacques Lacombe et Noël Roques),
  • médecin (Prosper Liron),
  • menuisiers (Noël Cros et Hilarion Escuret veuf Faucilhon),
  • 77 propriétaires,
  • receveur-buraliste (Martin Daumas),
  • 14 rentiers,
  • repasseuse (Maria Calvet),
  • sage-femme (Marianne Pascal veuve Roch),
  • tailleurs (Jean André Barral, Jean Leroux et Jean Leroux veuf Gely),
  • tonneliers (Pierre Revel,  Cyprien Beys et César Gasc veuf Imbert).

1866 : 523 habitants (- 11)

Le recensement indique 523 habitants répartis en 270 hommes (119 garçons, 131 hommes mariés et 20 veufs) et 253 femmes (98 filles, 132 femmes mariées et 23 veuves). On dénombre 156 maisons et 161 ménages. Les professions se répartissent ainsi :

  • 10 agriculteurs,
  • aubergiste (Noël Fonzes),
  • bergers (François Joie, Jean Prades, Marcellin Vernet, Louis Vergnes, Léon Fabre, Guillaume Calvet, Etienne Cournoz)
  • boucher (Alexandre Portal),
  • boulangers (Henri Berthomieu et Louis Faucilhon),
  • bourrelier (Calixte Faucilhon),
  • cafetiers (Antoine Bringuier et Casimir Favier),
  • cantonniers (Etienne Bascou et Vincent Caylus),
  • charrons (Henri Saturnin et Jean Lacombe) ,
  • commissionnaire (Marc Daumas)
  • 3 cordonniers (Honoré Lauraz, Antoine Clavière et Antoine Bro),
  • couturières (Félicité Nougaret, Hortense Daumas, Adélaïde Boyer et Rose Barral),
  • 25 cultivateurs,
  • curé (Antoine Combes),
  • 14 domestiques,
  • épicières (Marie Luce, Léopoldine Nougaret, Elisabeth Bringuier),
  • fermiers (Adolphe Rouvière, Prosper Dumas et Charles Faucilhon),
  • garde-champêtre (Pierre Seriès),
  • instituteur (Séraphin Cardonnel),
  • institutrices (Soeur Saint-Germain de Jésus et Sainte-Marie de Jésus),
  • journalière (Eulalie Guizard),
  • maçon (Guillaume Brun),
  • maréchaux (Frédéric Berthomieu, Jacques Lacombe et Jules Roques),
  • médecin (Prosper Liron)
  • 2 menuisiers (Noël Cros et Hilarion Escuret veuf Faucilhon),
  • ouvrier (Louis Majarrel),
  • perruquier (André Dumas)
  • 78 propriétaires,
  • 11 rentiers,
  • repasseuses (Valérie Daumas et Bousquette Fonzes),
  • tailleurs (Jean Leroux et Jules Barral)
  • tonneliers (Nouguès Gabriel, César Gasc, Pierre Revel, Benjamin Revel)

1872 : 553 habitants (+ 10)

Le recensement indique 553 habitants répartis en 279 hommes (127 garçons, 132 hommes mariés et 20 veufs) et 274 femmes (108 filles, 132 femmes mariées et 34 veuves). On dénombre 154 maisons et 164 ménages.

Les professions se répartissent ainsi

  • 17 agriculteurs,
  • aubergiste (Barthélémy Nougaret),
  • bergers,
  • boucher (Louis Nougaret),
  • boulangers (Henri Berthomieu et Hyllaire Beilhol),
  • bourrelier (Calixte Faucilhon),
  • buraliste (Laurent Lautier),
  • cafetiers (Paul Crassous, Cadet Daumas, Casimir Favier),
  • cantonnier (Vincent Caylus),
  • charron (Henri Saturnin) ,
  • charretier (Hippolyte Lassalle),
  • cordonniers (Honoré Lauras, Antoine Brau),
  • couturières (Marie Desmazes, Hortense Daumas),
  • 12 cultivateurs, 1 curé (Alexis Tarbouriech),
  • distillateur (Marcellin Daumas),
  • 16 domestiques,
  • épiciers (Martin Goubert, Louis Faucilhon, Marie Bousquet veuve Fonzes, Alexandrine Cazilhac, Isabeau dit la chanteuse, Arthémie Nougaret),
  • fermiers,
  • garde-champêtre (Jean Antoine Brun),
  • instituteur (Louis Jules Paul Rouby),
  • journaliers, 1 maçon (Guillaume Brun),
  • maréchaux ferrands (Jules Roques, Pascal Sanchez), 1
  • médecin (Prosper Liron)
  • menuisiers (Noël Cros et Hilarion Escuret veuf Faucilhon),
  • perruquier (André Dumas),
  • 73 propriétaires,
  • ramonet (Jacques Monestier),
  • religieuses,
  • 17 rentiers,
  • repasseuse (Valérie Daumas),
  • tonneliers (Benjamin Revel, César Gasc).

1876 : 576 habitants (+ 23)

Le recensement indique 576 habitants répartis en 297 hommes (143 garçons, 131 hommes mariés et 23 veufs) et 279 femmes (112 filles, 131 femmes mariées et 36 veuves). On dénombre 151 maisons et 156 ménages. Les vendémianais sont tous français (le recensement mentionne zéro étranger).

1881 : 508 habitants (- 68)

Le recensement indique 508 habitants, 153 ménages, 140 maisons.

1886 : 407 habitants (- 101)

Il ne s’agit pas d’une erreur : les documents du recensement indiquent une baisse de population de 101 habitants ! Vendémian compte 407 habitants, 120 ménages, 120 maisons.

1891 : 435 habitants (+ 28)

Le recensement indique 435 habitants (aucun étranger), 120 ménages et 140 maisons.

1896 : 440 habitants (+ 5)

Le recensement dénombre 440 habitants, 124 ménages et 121 maisons.

1901 : 498 habitants (+ 58)

487 français, 11 étrangers. On dénombre 129 maison et 132 ménages.

1906 : 540 habitants (+ 42)

534 français, 6 étrangers. On dénombre 149 maisons et 144 ménages. La pyramides des âges s’établit comme suit :

  • nés en 1905 ou 1906 : 14
  • nés entre 1886 et 1904 (1 à 19 ans) : 141
  • nés entre 1866 et 1885 (20 à 39 ans) : 175
  • nés entre 1846 et 1865 (40 à 59 ans) : 111
  • nés avant 1845 (plus de 60 ans) : 99

1911 : 570 habitants (+ 30)

544 français, 26 étrangers. On dénombre 151 maisons et 153 ménages. La pyramide des âges s’établit comme suit :

  • nés en 1910 ou 1911 : 16
  • nés entre 1891 et 1909 (1 à 19 ans) : 169
  • nés entre 1871 et 1890 (20 à 39 ans) : 176
  • nés entre 1851 et 1870 (40 à 59 ans) : 120
  • nés avant 1850 (plus de 60 ans) : 89

1921 : 568 habitants (- 2)

483 français, 85 étrangers. On dénombre 158 maisons et 169 ménages. La pyramide des âges s’établit comme suit :

  • nés en 1920 ou 1921 : 15
  • nés entre 1901 et 1919 (1 à 19 ans) : 162
  • nés entre 1881 et 1900 (20 à 39 ans) : 165
  • nés entre 1861 et 1880 (40 à 59 ans) : 161
  • nés avant 1860 (plus de 60 ans) : 65

Laisser un commentaire