Fernand Raux, un Préfet de police de Paris né à Vendémian

Fernand Raux nait le 25 mai 1860 à Vendémianson père, qui avait 21 ans, était instituteur. Ses attaches familiales étaient à Popian où il repose aux côtés de son épouse.

Au cours de sa prestigieuse carrière dans la Fonction publique, il occupa notamment le poste de Préfet de l’Oise de 1909 à 1917. Lors de l’invasion du département, il demeura à son poste à Beauvais, ce qui lui valut la citation suivante publiée dans l’Officiel le 24 janvier 1915 : « Malgré l’ordre de repliement qui lui avait été adressé par l’autorité militaire, est demeuré à son poste jusqu’au retour des troupes françaises. A réussi à assurer l’administration de son département alors que l’ennemi était à proximité immédiate. ».

M. Raux ne devait pas être d’un abord facile car, évoquant son départ du département de l’Oise en 1917, le bulletin des instituteurs dresse un portrait peu amène de l’intéressé : « M. Raux a administré le département de l’Oise pendant huit années ; il s’est montré, un peu à l’égard de tous, autoritaire, brutal et emporté. En particulier, M. Raux avait une antipathie très marquée à l’égard des instituteurs et nos camarades du Conseil départemental ont eu bien des fois à supporter ses rebuffades et les éclats de sa colère ; depuis longtemps, le Bureau de l’Amicale avait cessé toute relation avec lui. M. Raux emporte tous nos regrets, il ne nous en laisse aucun. ».

Il est nommé Préfet de police de Paris le 23 novembre 1917. Avant son départ de la Préfecture de police en 1921, il crée la première section motocycliste de la police nationale comptant alors neuf gardiens de la paix, recrutés sur concours.

M. Fernaud Raux, 1917, photographie Agence Rol