Décès de Léonie Barrier à Montpellier

Dans « La République du Midi » du 2 avril 1893, à la rubrique « Décès », l’annonce du décès de Léonie Barrier, 86 ans, née à Vendémian, veuve Faucilhon.

Avis de décès de Léonie Barrier née à Vendémian – La République du Midi du 2 avril 1893

Les registres d’état civil de Montpellier de 1893 contiennent l’acte de décès de Léonie Barrier à la date du 1er avril. On y apprend que celle-ci est décédée à 1h du matin n° 30 de la rue Alexandre Cabanel du matin et qu’elle était veuve de Pierre Faucilhon décédé à Vendémian.

Acte de décès de Léonie Barrier du 1er avril 1893 – Registres d’état civil de Montpellier 1893

On trouve, dans les registres de Vendémian, l’acte de mariage Léonie Barrier et Pierre Faucilhon en date du 23 avril 1833. On y lit que :

  • Léonie Barrier est la fille de Pierre Barrier, propriétaire, et de Dorothée Bouys,
  • Pierre Faucilhon a un deuxième prénom qui est Mathieu, il est propriétaire. Il est le fils de défunt Mathieu Faucilhon et de Françoise Jourdan.

Dans les témoins du mariage :

  • Laurent Bouys, 54 ans, oncle maternel de la mariée,
  • Jean Barrier, 20 ans, cousin paternel de la mariée.

Les époux ont tous les deux signé leur acte de mariage.

Signatures de Léonie Barrier et Pierre Faucilhon en 1833 – Registres des mariages de Vendémian 1793-1835

On retrouve Pierre et Léonie dans le recensement de 1836. C’est la première enquête de ce type en France et, pour cette première fois, on a simplement compté les maisons et les familles sans indiquer dans quelles rues celles-ci résidaient. On ne peut donc pas savoir où habitaient la famille Faucilhon-Barrier. On apprend seulement qu’ils résidaient avec Pierre Barrier, 50 ans, propriétaire et Théodora Bouys, 55 ans, les parents de Léonie. Celle-ci et son mari avaient 2 enfants :

  • Pierre Faucilhon, âgé de 2 ans,
  • Claude Frédéric Faucilhon, âgé de 2 mois.
Recensement de 1836 de Vendémian

Le registre des naissances de Vendémian contient l’acte de naissance de Léonie Barrier en date du 24 juillet 1811. A son décès, elle n’avait donc pas 86 ans mais 82.

On apprend dans ce document, que Léonie a un deuxième prénom, Christine et qu’au moment de sa naissance, son père était agriculteur. Celui-ci, pour la déclaration de naissance, était accompagné notamment de Toussaint Bouys, propriétaire, oncle maternel de Léonie. L’acte indique qu’il est signé par le père mais il n’y a aucune signature au nom de Barrier.