1917, l’instituteur de Vendémian se marie

Au détour des pages d’archives, je rencontre la publication des bans de mariage de Maurice Colard, l’instituteur de la commune, en poste depuis le 1er octobre 1916.

Cet évènement fut certainement une pause heureuse dans ces années difficiles de guerre. Clément Bro, l’adjoint faisant fonction de maire depuis 1914, en fait l’annonce, par voie d’affichage, à la porte de la mairie le 16 septembre.

Publication du mariage de Jules Colard et Rose Dubernet – Registre d’état civil de Vendémian 1891-1920

Maurice Colard épouse Rose Dubernet, elle aussi enseignante, originaire de Plaissan. La cérémonie se déroule dans cette commune le 28 octobre 1917. Clément Bro, l’adjoint de la mairie, et Etienne Sanhet, le garde-champêtre de Vendémian, en seront les témoins.

Cet acte d’état civil nous apprend que M. Colard était né en 1893. Il était donc de la classe 1913 qui était déjà sous les drapeaux à la mobilisation en 1914 puisqu’elle effectuait son service militaire. Maurice était incorporé depuis le 1er octobre 1913. Il sera réformé en septembre 1916 après avoir été blessé 3 fois :

  • le 25 septembre 1914,
  • le 12 décembre 1914,
  • le 25 septembre 1915

et avoir obtenu la Croix de guerre avec étoiles d’argent et une citation à l’ordre de la division d’infanterie  » Excellent soldat, deux fois blessé dans l’accomplissement de son devoir au début de la campagne. Blessé une 3ème fois en se portant à l’attaque des positions ennemies devant Auberives ». Auberives est le point de départ de la Bataille de Champagne qui eut lieu du 25 septembre au 9 octobre 1915. Elle fit 27 851 tués (dont 23 000 le 25 septembre, jour le plus meurtrier de la guerre), 98 305 blessés, 53 658 prisonniers et disparus du côté français et des pertes beaucoup plus faibles du côté allemand.

Maurice Colard avait plus que brillamment accompli son devoir, et beaucoup souffert, avant d’être réformé en 1916 à 23 ans. Il prendra ses fonctions en septembre de la même année à Vendémian où il enseignera jusqu’au 1er décembre 1919. A cette date, il sera remplacé par M. René Marc Pagès récemment démobilisé.